Pour un verre de sirop de violette

Ah un titre presque poétique… Devant les forces de l’ordre, j’ai fait l’andouille. Or Aujourd’hui, je ne décolère pas. Les enfants sont les prochaines cibles. Et là, je pourrais casser des planches en bois de colère. Je pourrais devenir mon héros préféré des Looney Tunes : Le diable de Tazmanie, Taz. Alors, pour essayer de retrouver calme et foi en l’humanité, je me contenterais d’un article sur mes précédentes expériences de manifestation. J’espère que nous serons encore plus nombreux samedi. Et surtout le 28 Aout à Paris pour un grand sitting. Les vacances finies et les récentes indications de notre gouverne-ment devraient, je l’espère, soulever le peuple et amener les forces de l’ordre de notre côté. Inch’Allah.

Apéro compromis

Le 11 Aout était proposé un apéro sur la grand place de Lille pour partager un bon moment et montrer que peu importe le Pass Pass, nous pouvions partager un moment de convivialité. Nous avons donc embarqué notre Tatie préférée, qui a déjà participé à quelques manifs gilets jaunes d’ailleurs. De l’eau à la violette, des petits biscuits et hop, direction la place. Or, nous avions bien vu des forces de l’ordre dans une rue parallèle à la notre en arrivant… Sans penser qu’aussitôt arrivées…. Ils nous encercleraient. Nous avions donc à peine sortie le sirop, même pas les biscuits, que 46 hommes en bleu nous encerclaient. Contrôle des papiers, que nous n’avions pas. Fouille au corps, très prononcée. Nous étions 12 donc ça a été plutôt rapide !

Droit, pas droit, loi, décret, annonce et autre vent nauséabond

En fait, maintenant que c’est passé, je me rends compte qu’ils dérogeaient eux même à… la loi ? Enfin la raison invoquée : ils s’étaient regroupés par petits groupe discutant de bobonne à la maison, de la belle-mère un peu chiante… Et oui, car les motifs à notre verbalisation annoncée : rassemblement de plus de 10 personnes et non-port du masque. Bon. Déjà, on était à trois en train de se servir un verre… En plus si j’ai tout compris le masque n’est plus obligatoire en extérieur mais je vous avoue que je ne comprends rien aux règles depuis un an, donc je ne sais pas.

Dans la joie et la bonne humeur

J’ai vu des gens dépités. Des personnes prêtent à pleurer devant cette acceptation de la dictature… Alors je me suis mis en mode clown. J’ai demandé pourquoi les buveurs de bière avaient le droit à un traitement de faveur. Proposé de gouter mon verre à celui qui demandait si c’était de l’alcool (qui m’a d’ailleurs répondu que c’était un crime un apéro sans… bref). J’ai dit à la dame venue me fouiller que j’étais “lesbienne”, elle a donc demandé à une collègue de le faire. (Non, je ne rigole pas !) Alors pour aller un peu plus loin, j’ai même surréagit à ses attouchements. On m’a demandé d’en faire un peu moins, enfin “on”, c’était la lesbophobe. Bref. Pour le contrôle d’identité, j’ai quand même réussi à décrocher un sourire sous le masque, le képi et la mauvaise conscience : à la question de ma date de naissance, j’ai dit “quand même, oser demander cela à une dame, au premier verre de violette !”

J’ai tout fait pour en rire. C’était ma première fois, je voulais m’en souvenir ! Après cela, nous sommes restées quand même (ouuuuuh, pas bien), discuter avec d’autres personnes. Des femmes qui venaient à cette rencontre parce qu’elle avait peur des manifestations du Samedi… Des passants qui se demandaient qui étaient ce groupe d’irréductibles gaulois très dangereux… D’autres essayaient de convaincre les hommes en bleu… Et puis j’ai voulu parler à cette dame que je voyais à toutes les manifestations. On s’était sourit à plusieurs reprises alors je l’ai interpellé. Elle m’a fait la bise et s’est enchaîné une discussion très intéressante.

Hommage aux gilets jaunes

Et oui, Gillet Jaunes de la première heure, elle participe aux manifestations pour les mêmes raisons que nous : reprendre notre souveraineté, notre liberté. Je pensais qu’elle faisait partie des organisateurs de la manif mais non. En réalité, les gilets jaunes se mettent devant, entre les flics, les casseurs et nous. Elle a avoué ne plus avoir peur de rien : certains ont eu des côtes et des dents cassées, le gaz ils ne le sentent plus… Il y a quelques jours, c’était le 1000ème jour des Gilets Jaunes. Et j’aimerai leur dire merci. Merci de nous encadrer aux manifestations, de nous prévenir quand nous allons être gazé… Merci d’avoir été les premiers. Les premiers a vous réveiller. Quand j’ai fait ma première manifestation, et que les médias ont dit que c’était une petite manifestation de gilets jaune (un seul sur la vidéo montrée), j’ai encore mieux compris la manipulation des médias. (lire mes autres articles La liberté guidant le peuple et On m’a empoisonné)

Je ne me sens pas gilet jaune ou autres, je me sens HUMAINE. Leur revendications sont toutes autres que le prix de l’essence. On a voulu diviser le peuple, encore une fois. Tout comme aujourd’hui, on nous appelle complotiste, anti-pass, anti-vax, antitout…Or, nous sommes POUR la vie, pour les bisous et les câlins, pour la liberté et pour reprendre nos droits. Alors je leur tire mon chapeau. Je les embrasse. Et je leur dis comme aux hommes en bleu sur la place : à Samedi !

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: