Action et manifestation

Aujourd’hui, j’aimerai te parler de mon indécision concernant la manifestation. Depuis le réveil, et je parle bien du réveil, pas de l’éveil (voir mon article sur L’éveil et le réveil), je me demande comment agir. Le 12 septembre, les anti-masques, et plus généralement les personnes réveillées, ont décidé de se greffer aux gilets jaunes pour manifester dans la rue. Le personnel soignant, les enseignants devaient aussi les rejoindre, dans l’ensemble de la France et surtout à Paris. Pour des raisons personnelles, je n’ai pas été, cependant, je me demande si j’irais à la prochaine. Il va y avoir des manifestations, de plus en plus, alors devons-nous y aller ? Ce sera le sujet de l’article du jour.

Le choix de l’action

Nous nous informons, regardons des vidéos, lisons des articles, suivons les lives de « L’alliance Humaine » (où Antoine ne conseille pas la manifestation) … Pour ma part, je me dis que je ne fais pas assez et j’aimerai passer à l’action. C’est ce que je fais en écrivant, en en parlant, comme une bonne guerrière pacifique. Mais j’aimerai faire plus : passer à une action concrète. J’ai pensé à distribué des tracts avec les textes de loi anti-masques. Je le ferais peut-être et tu peux me donner ton avis ou tes conseils sur ce sujet. Je n’ai pas pu aller a la manifestation du 12 septembre et je me dis que ce ne sera que partie remise. Se réunir et défiler dans la rue, se montrer, c’est agir. C’est montrer au monde que l’on est là. On peut faire des pancartes, en discuter avec d’autres manifestants ou mêmes des passants…

La manifestation, une première ?

J’ai déjà « manifester » une ou deux fois en allant à la gaypride. On l’appelle Marche des fiertés et c’est plutôt comme une fête avec des chars, des déguisements, des lancé de préservatifs, de la musique, de la danse… Alors il y a des gens pour et des gens contre, comme toujours. Et je ne sais pas si j’y retournerai. Mais j’ai pu ressentir de la colère et l’envie d’agir dans ma condition de femme homosexuelle. Et cela fait du bien, de voir des personnes de tous genres, de tous bords, là, présents avec nous. On est heureux d’être cette vague humaine, on se sent représenté.

Après sur ce thème, on peut se demander pourquoi manifester ? Est-ce accepter que l’on est pas dans la norme, est-ce encore valable quand nous avons obtenu le mariage et l’adoption ? Mais ce n’est pas le sujet de cet article. Je souhaitais juste te donner la vision de ma seule expérience de manifestation. Et toi, as-tu déjà manifesté ? Pour quelle cause ? Comment cela s’est passé ?

Être ensemble

Manifester, comme je le disais, c’est être solidaire. De montrer que nous sommes là, présents : la nouvelle vague, la deuxième ? Parfois on se demande si l’on est seule à être vraiment informé, à ne pas croire aux médias traditionnels, a être contre le masque… Et il y a de nombreuses personnes seules dans leur coin, des femmes qui n’osent même pas en parler à leur mari, des jeunes adultes avec leur parents, des personnes solitaires… On peut être la seule à désobéir au travail ou en parler et être pris pour un fou. Alors c’est à ce moment là que l’on peut se réunir, se rencontrer, montrer que l’on fait face tous ensemble. Plus on sera nombreux, moins les médias pourront cacher le rassemblement.

Déjà, en regardant les MERDias samedi et dimanche, les seuls titres étaient « La rentrée des gilets jaune » ou « Le retour des gilets jaune ». Or j’avais des amies non gilets jaune qui y étaient, je peux confirmer que ce n’était pas les seuls manifestants. Et dans les images mises en avant, il y avait deux ou trois personnes en jaune dans la foule. J’ai mis plusieurs fois des commentaires sous ses articles pour dénoncer. Je me dis que le reste du monde ne peut pas être aveugle à ce point, mais il y a quelques mois, j’étais dans ce même esprit.

La peur d’être arrêté en manifestation

C’est un moment qui permet de se rassembler, d’unir nos forces. Il ne faut pas rester seul, cela conduit à la peur. « Où nous allons un, nous allons tous » C’est ce que nous pourrions scander. Or on ne peut s’empêcher d’avoir peur. Il y a eu des gilets jaunes qui ont perdu un œil ou un membre. Aujourd’hui, on nous matraque pour un masque non porté, alors une manifestation… Il y a de quoi avoir peur, surtout si l’on est pas coutumier de cette pratique. Selon les conseils d’autres personnes, j’aurais entendu qu’il faut y aller sans papiers et sans téléphone, pour ne pas être identifié. Juste prendre le numéro de son avocat ou de la personne a contacter en cas de problème. Il faut rester grouper. Est-ce la bonne stratégie ? Je ne sais pas. As-tu plus d’informations ? D’autres conseils à nous partager ?

Comme tu as pu le lire, je ne sais pas si l’on doit manifester. Je ne sais pas si c’est une bonne idée, si cela fait changer les choses… Tout ce que je sais c’est qu’il faut se préparer : avoir les textes de loi en tête, faire une pancarte pour que les médias ne puissent pas cacher nos intentions. J’espère pouvoir aller à la prochaine, ne serait-ce que pour rencontrer d’autres personnes éveillées. Je te raconterais tout, bien évidement. Et toi as-tu manifester ?

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23 mars 2021

    […] toi aussi, j’irais te lire avec plaisir ! J’ai écrit quelques articles sur ce thème : Action et manifestation, Mon grand-père veut se faire piquer, ou encore Le virus qui aimait la […]

  2. 23 septembre 2021

    […] écris un article sur mon envie de manifester. Or aujourd’hui je ne manifeste plus. Après une amende pour avoir bu un verre de sirop de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :